Nos explorations en friche industrielle

L’Usine Maurice de Burberry

Share Button

Des centaines de mains féminines se sont affairées durant plus d’un siècle dans cette usine de confection aujourd’hui désaffectée.

A son ouverture en 1891, ce lieu a été précurseur pour l’époque. En effet, à la fin du XIXème siècle, les couturières travaillaient plus à domicile qu’en atelier. Leur salaire étaient bas et le rendement peu important.

L’imprimerie des Caribous

Share Button

Cela fait à peine 10 années que cette friche industrielle existe et pourtant, nous n’avions jamais eu l’occasion d’aller l’explorer.

Ce fut chose faite lors d’une journée urbex prévues pour effectuer plusieurs repérages. Après avoir glané des informations sur la façon dont il serait possible d’aller visiter une ancienne école ainsi qu’un ancien collège et avant de se diriger vers un château transformé en clinique psychiatrique, nous nous arrêtons sur le bord de la route, à quelques mètres du chantier.

La Fonderie Carapace

Share Button

C’est un lieu d’exploration urbaine particulier que nous vous présentons aujourd’hui.

En effet, cette friche industrielle en Indre-et-Loire fait 3 hectares et quelques 12 000 m2 de bâtiments ici sont présents. Elle a employé jusqu’à 420 salariés dans les plus belles années.

L’usine GP

Share Button

Alors que nous étions partis pour la visite d’un hôpital abandonné dans le Loir-et-Cher, nous sommes tombés sur cette usine fermée.

C’était finalement un très bon lieux d’exploration urbaine car notre premier spot en vue n’avait aucune entrée possible.

L’entrepôt du négociant en vin

Share Button

Un grand mur blanc sur plus de 50 mètres de long… quelques fenêtres fracturées en hauteur… un portail entrouvert.

Que demander de plus pour attiser notre curiosité ? Que la porte de ce grand bâtiment situé dans le 41 soit ouverte… tout simplement !

L’usine emmurée

Share Button

Notre première sortie urbex a eu lieu un dimanche matin. Nous nous étions mis d’accord sur le lieu, il n’y avait plus qu’à y aller.

Des repérages avaient été faits chacun de notre coté à l’aide de google street view afin de voir comment accéder au lieu. Mais une fois sur place, après avoir fait le tour en voiture dans le quartier, pouvoir entrer dans cette vieille usine désaffectée du 37 allait être plus compliqué que ce que nous pensions.